Je suis toujours étonnée quand une personne me dit qu’elle ne croit pas à l’hypnose, comme si c’était une question de croyance, comme si c’était la même chose que de croire en Dieu, à la magie ou aux esprits. À les entendre, on a l’impression que ceux qui se laissent hypnotiser sont des êtres naïfs, faibles et un peu stupides puisqu’ils « se laissent avoir ». Bien entendu ces personnes n’ont jamais fait l’expérience de la transe et ne font qu’exprimer les préjugés sur l’hypnose qui ont cours dans la société.

On ne peut pas parler de l’hypnose en termes de croyance puisque l’hypnose se situe sur le registre de l’expérience. Elle induit un état de conscience modifiée qui s’expérimente à travers notre subjectivité, c’est-à-dire à travers notre façon d’être au monde qui est propre à chacun. Personne ne peut remettre en question ce que vous vivez quand vous êtes en état de transe. Cela vous appartient. Et si ce que vous avez vécu fait que vous revenez de la transe plus détendu, plus heureux ou en meilleure forme, cela non plus, personne ne peut vous l’enlever. Peut-on dire que celui qui arrête de fumer ou voit ses symptômes disparaître s’est fait avoir ?

L’état de transe est un état naturel que tout le monde peut en principe expérimenter. On entre en transe comme on dort, comme on respire ou comme on digère. Une internaute m’a écrit un jour « je fais ça depuis longtemps sans savoir que c’est de l’hypnose », ce qui démontre bien que l‘état de transe est spontané. Et pourquoi personne ne vous en parle alors que c’est une fonction parfaitement naturelle ? Parce que dans notre monde régulé par la rationalité, la transe est considérée comme suspecte. On l’associe à de la sorcellerie et à l’obscurantisme. Ceux qui la pratiquent vivraient dans un univers archaïque fait de croyances révolues. C’est pourquoi beaucoup de personnes craignent d’être pointées du doigt si elles se comportent de façon irrationnelle et s’autocensurent. En voulant respecter les normes établies par la rationalité, elles se privent ainsi de la magie, de la créativité et de la poésie qui sont pourtant le nectar de la vie.

La rationalité sous-entend le contrôle de soi et dévalorise l’abandon et le lâcher-prise. Elle nie aussi l’existence de ce qui échappe à nos catégories et réduit le monde à des cages étroites qui nous coupent de l’essentiel. Ce qui fait qu’aujourd’hui, beaucoup de personnes ont honte de se laisser aller à la transe et n’ont plus accès à cette ressource essentielle tellement naturelle. Elles se retrouvent ainsi mutilées d’une partie d’elle-même. La honte ou la peur de se laisser aller est une des premières causes de résistance en thérapie.

La transe a accompagné l’humanité depuis la nuit des temps et sa fonction est des plus simples : le ressourcement. C’est pourquoi je considère qu’il est important de donner les moyens à chacun de retrouver en lui-même le chemin de la transe et de se réapproprier ainsi son véritable pouvoir.

Recevez mon infolettre

Recevez mon infolettre

Recevez directement dans votre courriel mes derniers articles et restez au courant de mes activités.

Merci pour votre inscription

Share This