Anxiété et écologie

Votre anxiété est-elle liée à la menace écologique ?

anxiété et écologieNotre rapport à l’environnement joue un rôle fondamental dans l’équilibre mental humain. Aussi la destruction de l’environnement a-t-elle un impact direct notre état psychique et notre conscience. Le philosophe de l’environnement Glenn Albrecht s’intéresse au lien entre la psyché des individus et la terre, et aux sentiments et émotions qui en découlent. Il a développé le concept de solastalgia pour parler de l’anxiété liée à la menace écologique qui pèse sur la planète et affecte psychologiquement les individus. Ainsi il existe un lien étroit entre anxiété et écologie auquel nous devrions davantage nous sensibiliser.

Solastalgia signifie « être privé de l’essence même de son environnement ». Glenn Albrecht décrit un sentiment de détresse, une nostalgie permanente et un état d’impuissance causés par la disparition lente mais visible des environnements familiers des individus. Il parle aussi d’écoanxiété, d’écoparalysie et écoconfusion sans faire référence à des pathologies médicales mais à des états et des émotions qui se manifestent face à cette menace réelle alors que l’on se sent impuissant et incertain et que les dirigeants sont dans le déni, l’aveuglement ou simplement la bêtise.

Le chercheur Peter Louv parle de nature-deficit disorder pour décrire les enfants constamment branchés à leur téléphone et à leur ordinateur et qui grandissent dans un monde essentiellement virtuel, sans aucune conscience de leur habitat naturel. Comment ces enfants complètement déconnectés de la Nature pourront-ils développer la moindre empathie pour elle ?

La fuite dans le monde virtuel ne peut régler ni l’anxiété, ni sauver la planète. Les concepts de Glenn Albrecht ou de Peter Louv nous font réfléchir sur notre propre anxiété en tant qu’individu. Nous avons tendance à interpréter nos malaises comme provenant de l’intérieur de nous-mêmes, comme si nous en étions les seuls responsables. Toutes les démarches de soins mettent l’emphase sur le traitement de l’individu. S’il y a un problème psychologique, on va chercher à transformer le comportement de l’individu inadapté. S’il s’agit d’une maladie physique, comme le cancer par exemple, on estime que quelque chose ne fonctionne pas dans le corps de la personne, et on va s’occuper seulement de son corps, et toutes les ressources pour traiter le cancer par exemple sont allouées au traitement médical. Pourtant la plupart de nos souffrances, de nos difficultés, de nos maladies et de notre anxiété résultent d’une organisation sociale qui n’est pas adaptée aux êtres humains et qui détruit l’environnement. Il faudrait changer la perspective et soigner la société pour que les individus et l’environnement se portent mieux.

La solastalgia est comme une onde d’anxiété qui traverse le monde et personne n’est à l’abri. La menace est là, bien réelle et elle est réelle pour tout le monde. Alors si vous vous sentez mal, prenez conscience que vous êtes sensible à cette onde et qu’il est normal de se sentir mal dans un tel monde. Il faut bien savoir distinguer nos problèmes personnels et les problèmes du monde, et savoir aussi que nos problèmes personnels ne sont jamais personnels parce que nous sommes tous interconnectés. La guérison des problèmes du monde passe par un éveil de conscience et un passage à l’action.

Danser pour guérir

Il lui a suffi de danser pour guérir

Frederico Bittidanser pour guérir est un journaliste italien atteint depuis 2007 de dystonie, une maladie qui affecte le système nerveux central. Cette maladie provoque des spasmes musculaires et des torsions involontaires et devient vite très invalidante dans les activités de la vie quotidienne. Considérée comme un « désordre neurologique du mouvement », elle n’affecte toutefois pas les capacités intellectuelles.

Les premiers symptômes de sa maladie sont apparus alors que Frederico Bitti dirigeait une entrevue pour son travail. Sa nuque tournait malgré lui du côté opposé à la personne qu’il interviewait, ce qui était vraiment gênant. Depuis ce jour, la maladie n’a cessé d’empirer et Frederico a essayé en vain toutes sortes de traitements. Ce qui fait qu’au bout de sept longues années de maladie, il était  psychologiquement dévasté.

En ultime recours, les médecins préconisaient une chirurgie du cerveau. Frederico décide alors de se rendre à Toronto pour consulter le Docteur Joaquin Farias, spécialiste de la dystonie qui traite les patients en rééduquant des muscles affectés plutôt qu’en prescrivant des médicaments.

Un jour, alors qu’il écoutait « Vogue » de Madonna dans son iPod, en revenant d’une consultation de chez le Dr Farias, Frederico prend soudain conscience que le fait de suivre la musique améliorait sa façon de marcher. De retour à son hôtel, il se filme en train de danser et montre la vidéo au Dr Farias qui comprend aussitôt que la danse était son traitement de prédilection. À partir de là, les progrès de Frederico sont fulgurants.

Cette histoire démontre que le corps a son intelligence et connaît le chemin de la guérison. Même si vous n’êtes pas malade, vous pouvez faire comme Frederico Bitti. Dansez librement et retrouvez un esprit enfantin. Bougez pour le plaisir de sentir circuler en vous l’énergie vitale. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de danser, il y a juste le plaisir et la nécessité d’exprimer nos tensions et nos émotions à travers le corps. Et ça fait du bien !

La vidéo est en anglais, mais le langage du corps est universel. Regardez Frederico danser à partir de 2 :50. Magnifique !